RESEARCH SPOTLIGHT: Institut de recherche de l’Hôpital Montfort

(Version française originale ci-dessous)

Under the theme “Body and Mind”, the Institut de recherche de l’Hôpital Montfort (IRHM) takes an integrated approach to physical and mental health. The IRHM’s mission is to improve public health, especially among Francophone communities, by conducting collaborative research programs on the health care and service needs of patients and participants (families, natural helpers, health professionals, administrators, policy planners and decision-makers).

Montfort is currently conducting several research projects, with a special emphasis on health challenges created by the language barrier for Francophone minority community members.

Access to psychiatrists in Ontario’s hospitals: A challenge for Francophone patients

French-speaking Ontarians are three times less likely to have daily contact with psychiatrists in the first three days of admission to mental health facilities in Ontario than their English-speaking counterparts.

This finding is based on a study by Dr. Raymond Tempier (IRHM), El Mostafa Bouattane (Hôpital Montfort) and John P. Hirdes (University of Waterloo), published in the Healthcare Management Forum scientific journal.

The study examined close to 270,000 admission assessments concerning mental health care in Ontario between 2005 and 2013, shows that Francophones face a major language barrier when it comes to obtaining specific and highly specialized mental health care services in Ontario – a language barrier that cannot be explained by regional differences.

The article is available online at the Healthcare Management Forum website.  

Objectivation of language barrier impacts on health care quality and safety for Francophones in minority situations

Access to service, and the quality and safety of health care provided to Francophone minority communities entail major issues. While it seems obvious that a language barrier between a patient and a clinician would affect the quality and safety of health care, few scientific studies have endeavoured to prove this assumption among members of Francophone minority communities.

On March 22 and 23, 2016, the IRHM, in cooperation with the Consortium national de formation en santé, organized a meeting in Ottawa for researchers from different disciplines and professions related to the health of Francophones living in minority situations, as well as experts from the methodology field, especially literacy and communications. The purpose of their working sessions was to discuss how to develop a relevant methodology and research program. Partner patients were also invited to the event to share their experiences as health service users.

The main recommendation put forward by the participants was to continue our exploration of the factors that might influence the level of bilingualism among Franco-Ontarians in medical settings, with the objective of developing a language skills assessment tool for patients and health care professionals in clinical settings.

These are just a few examples of researches taking place at the IRHM to improve access and quality of health care for francophone communities in a minority setting. The IRHM relies on its areas of expertise in

  • information and data on the health of Francophones,
  • health innovation and technologies,
  • training and knowledge transfer,
  • collaborative research approach and
  • clinical research.

In addition, the IRHM will soon launch a research program to improve the care of multimorbidity patients, which will be connected to the development of a clinical centre of excellence in multimorbidity at Hôpital Montfort.

Related Stories:

Hôpital Montfort is one of Ontario’s 24 research hospitals that contribute to a healthier, wealthier, smarter province. Look for other RESEARCH SPOTLIGHT posts on our Healthier, Wealthier, Smarter blog.


RESEARCH SPOTLIGHT: Institut de recherche de l’Hôpital Montfort

Sous le thème « Corps et esprit », l’Institut de recherche de l’Hôpital Montfort (IRHM) vise une approche intégrée de la santé physique et mentale. L’IRHM a pour mission d’améliorer la santé de la population, particulièrement des communautés francophones, en menant des programmes de recherche collaboratifs axés sur les besoins des patients et des participants aux soins et aux services de santé (familles, aidants, professionnels de la santé, administrateurs, planificateurs de politiques et décideurs). Plusieurs projets sont en cours à Montfort concernant les défis de la barrière linguistique sur la santé des francophones vivant en situation minoritaire.

L’accès à des psychiatres dans les hôpitaux ontariens : un défi pour les patients francophones

Un patient franco-ontarien a trois fois moins de chance qu’un patient anglophone d’avoir un contact quotidien avec un psychiatre pendant les trois premiers jours de son admission dans un service psychiatrique en Ontario.

C’est la conclusion d’une étude menée par Dr Raymond Tempier (IRHM), El Mostafa Bouattane (Hôpital Montfort) et John P. Hirdes (Université de Waterloo), publiée dans la revue scientifique Healthcare Management Forum.

L’étude, qui s’est penchée sur près de 270 000 évaluations d’admission pour des soins de santé mentale en Ontario entre 2005 et 2013, démontre qu’il existe pour les Francophones une importante barrière linguistique à l’obtention de services spécifiques et hautement spécialisés en santé mentale en Ontario – une barrière qui ne s’explique pas par des différences régionales.

L’article est disponible en ligne, sur le site de Healthcare Management Forum : http://hmf.sagepub.com/content/28/4/167.full

Objectivation des impacts de la barrière linguistique sur la qualité et la sécurité des soins de santé des francophones vivant en situation minoritaire

Il existe des enjeux importants concernant l’accès aux services, la qualité et la sécurité des soins de santé destinés aux communautés francophones vivant en situation minoritaire. Bien qu’il semble évident qu’une barrière linguistique entre le patient et son clinicien puisse affecter la qualité et la sécurité des soins de santé, peu d’études scientifiques se sont attardées à en faire la démonstration au sein des francophones vivant en situation minoritaire. Le but de la session de travail était de discuter comment on peut développer une méthodologie et un programme de recherche sur cette thématique.

Les 22 et 23 mars 2016, l’IRHM en collaboration avec le Consortium national de formation en santé ont tenu une rencontre à Ottawa regroupant des chercheurs de différentes disciplines et professions dans le domaine de la santé des francophones vivant en situation minoritaire, de même que des experts du domaine de la méthodologie, en particulier en littératie et en communication. De plus, des patients partenaires ont été invités à cet événement afin de partager leur expérience en tant qu’utilisateurs des services de santé.

La principale recommandation des participants a été de poursuivre nos travaux pour identifier les facteurs qui peuvent influencer le niveau de bilinguisme chez les Franco-ontariens dans un contexte médical avec l’objectif de développer un outil d’évaluation des compétences linguistiques du patient et des professionnels de la santé dans un contexte clinique.

Voici quelques exemples de recherches menées par l’IRHM afin d’améliorer l’accès et la qualité des soins de santé aux communautés francophones en situation minoritaire. L’IRHM s’appuie sur ses plateformes d’expertises portant sur :

  • l’information et les données sur la santé des francophones,
  • les innovations et technologies de la santé,
  • la formation et le transfert des connaissances,
  • l’approche de recherche collaborative et
  • la recherche clinique.

De plus, l’IRHM va initier sous peu un programme de recherche pour améliorer la prise en charge des patients avec multi-morbidité en lien avec le développement d’un centre d’excellence clinique en multi-morbidité à l’Hôpital Montfort.

Hôpital Montfort est l’un des 24 hôpitaux de recherche qui contribuent à faire de l’Ontario une province plus saine, plus riche et plus informée. Vous pouvez lire d’autres articles (en anglais) sur la recherche dans notre blogue Healthier, Wealthier, Smarter.

RESEARCH SPOTLIGHT: Hôpital Montfort

Version française originale ci-dessous.

Research into an innovative way of treating social anxiety disorder: The experience of mindfulness meditation.

Good mental health and a positive feeling of emotional and spiritual well-being help a person to appreciate life and to deal with the many challenges of daily living. In contrast, mental health problems can significantly impair an individual’s daily routine. Social anxiety disorder is one of the most common psychiatric illnesses. According to a 2015 Statistics Canada report, nearly one out of 10 Canadians is affected by social anxiety disorder each year.

The intensity of the fear and the avoidance behaviour that result from social anxiety can cause significant psychological distress and have a great impact on the individual’s quality of life. While several studies have shown the effectiveness of certain therapies, there are fewer studies that look at new treatments that could also help persons with social anxiety to deal with their situations.

Dr. Diana Koszycki, holder of a mental health research chair from the Institut de recherche de l’Hôpital Montfort and the University of Ottawa, is a pioneer in treating social anxiety with an approach integrating mindfulness meditation and spiritual practices. Meditation based on full awareness (mindfulness) is a long-standing practice that teaches a person how to calm mind and body, to be more mindful of his or her experiences, to deal with unpleasant situations and to be more compassionate toward self and others.

With her research team, Dr. Koszycki is now conducting a study funded by the Ontario Mental Health Foundation, to evaluate the effectiveness of mindfulness meditation. The main goal of the study is to compare the effectiveness of two therapies for people affected by Social Anxiety Disorder – a mindfulness-based intervention versus cognitive behaviour therapy.

The project, which already involves 60 participants, has the potential to better document the effectiveness of mindfulness meditation as an innovative treatment for social anxiety disorder, and to create greater awareness of this treatment among socially anxious individuals.

 


Vers une façon novatrice de traiter l’anxiété sociale : l’expérience de la méditation axée sur la pleine conscience (« mindfulness »)

Une bonne santé mentale et un sentiment positif de bien-être émotionnel et spirituel permettent d’apprécier la vie et de composer avec les défis qui peuvent surgir au quotidien. D’un autre côté, des problèmes de santé mentale peuvent nuire de façon significative au fonctionnement d’un individu. L’anxiété sociale compte parmi les maladies psychiatriques les plus courantes. Selon Statistique Canada (2015), près d’une personne sur 10 est affectée par l’anxiété sociale chaque année.

L’intensité de la peur et les comportements d’évitement qui découlent de l’anxiété sociale peuvent engendrer une détresse psychologique importante et avoir un impact considérable sur la qualité de vie d’un individu. Bien que plusieurs études aient démontré l’efficacité de certaines thérapies, moins nombreuses sont celles qui se sont penchées sur de nouveaux traitements qui pourraient aussi aider les personnes atteintes d’anxiété sociale à faire face à ces situations.

Dre Diana Koszycki, détentrice d’une chaire de recherche en santé mentale de l’Institut de recherche de l’Hôpital Montfort et de l’Université d’Ottawa, est pionnière dans l’intégration de la méditation axée sur la pleine conscience et des pratiques spirituelles dans le traitement de l’anxiété sociale. La méditation basée sur la pleine conscience est une pratique ancienne qui enseigne à calmer l’esprit et le corps, à être plus conscient de ses expériences, à mieux faire face à des expériences déplaisantes et à être plus compatissant envers soi-même et envers les autres.

Avec son équipe de recherche, Dre Koszycki réalise actuellement une étude financée par la Fondation ontarienne de la santé mentale, qui a pour objectif d’évaluer l’efficacité d’une intervention fondée sur la méditation axée sur la pleine conscience. L’objectif principal de cette étude est de comparer l’efficacité de deux thérapies – une intervention basée sur la pleine conscience et une thérapie de groupe cognitivo-comportementale – auprès de personnes qui souffrent d’un trouble d’anxiété sociale.

Ce projet, qui a déjà recruté 60 participants, a le potentiel de mieux documenter l’efficacité d’un traitement novateur pour l’anxiété sociale, soit la méditation axée sur la pleine conscience et de mieux faire connaître ce type de thérapie aux individus avec un trouble d’anxiété sociale.

 

 

Hôpital Montfort is one of Ontario’s 24 research hospitals that contribute to a healthier, wealthier, smarter province. Look for other RESEARCH SPOTLIGHT posts on our Healthier, Wealthier, Smarter blog. To learn more about what’s needed to support Ontario’s health research enterprise, download our Policy Platform.

Hôpital Montfort est l’un des 24 hôpitaux de recherche qui contribuent à faire de l’Ontario une province plus saine, plus riche et plus informée. Vous pouvez lire d’autres articles (en anglais) sur la recherche dans notre blogue Healthier, Wealthier, Smarter. Pour en savoir plus sur ce qui est nécessaire pour appuyer l’entreprise ontarienne de recherche en santé, téléchargez notre plate-forme stratégique (en anglais).

 

HWS Field Trips: Ottawa

Touring Ottawas Research Hospitals

Research hospitals play a leading role in making Ontario healthier, wealthier, and smarter. To demonstrate the world-class research happening across our province, we kicked off our newest series, HWS Field Trips. Our first stop? The nation’s capital! We got a behind-the-scenes look at some of the research labs at the Bruyère Research Institute, The Ottawa Hospital, The Royal Ottawa, Montfort Hospital, and the Children’s Hospital of Eastern Ontario (CHEO).

Continue reading “HWS Field Trips: Ottawa”